Accès public

Tout ce que vous avez voulu savoir sur la médiation de voisinage sans jamais oser le demander.

Notre engagement citoyen

Nous mettons à disposition notre savoir-faire professionnel, nous donnons bénévolement de notre temps aux personnes qui vivent une situation conflictuelle.

 Notre charte

A. Les médiateurs et médiatrices, dans l’exercice de leur fonction, doivent se conformer à un certain nombre d’obligations.

1. Sur le principe de la médiation.  Lire la suite

  • présenter la médiation et souligner que son processus requiert à tout moment l’accord de tous les participants.
  • rappeler aux parties qu’elles peuvent consulter à tout moment de la médiation un conseil ou toute autre personne qualifiée (psychologue, médecin, juriste, expert, …)

2. Sur le déroulement de la médiation.

  • favoriser un climat de compréhension, de tolérance et de respect mutuel.
  • s’assurer que chacune des parties puisse exprimer son point de vue.
  • encourager l’échange d’informations entre les parties.
  • faire preuve d’impartialité.
  • interrompre une médiation si les règles de la présente Charte ne sont pas respectées ou si son propre jugement ou son éthique l’amène à penser que la médiation ne se déroule pas d’une manière équitable (pressions d’une des parties, refus de participation d’une des parties,…)

3. Sur les résultats de la médiation.

  • ne pas faire pression sur les parties pour obtenir leur adhésion à un accord ; celui-ci doit toujours être librement consenti.
  • vérifier que les parties ont bien compris la nature et l’étendue de leur engagement et qu’elles sont en mesure de le remplir.
  • laisser un temps de réflexion à chaque partie pour vérifier l’étendue de son engagement et consulter éventuellement un conseil.

4. Sur le suivi de l’accord de médiation

  • proposer un suivi de l’accord.

5. Sur l’éthique et la compétence du médiateur ou de la médiatrice

    • garantir la confidentialité du contenu des discussions et de l’accord.
    • si la médiatrice ou le médiateur connaît une partie, en informer l’autre avant de commencer la médiation, expliquer à quel titre elle ou il la connaît et demander à l’autre son accord.
    • s’abstenir de commencer ou poursuivre une médiation si, du fait d’intérêts matériels ou moraux, le médiateur ou la médiatrice pouvait être suspecté par un des participants de ne pas être neutre.
    • participer régulièrement aux séances de formation et de supervision et y rendre compte de son activité.

B. Le médiateur ou la médiatrice dispose du droit d’interrompre une médiation à tout moment en expliquant ses raisons aux parties et en leur donnant la possibilité de continuer la médiation avec une autre personne. 

Notre association

Créée en 1994 à Genève, l’association a pour but la promotion de la médiation de voisinage
et son exercice sur le terrain.

Elle compte environ 50 membres, plus de 200 sympathisants, et regroupe actuellement
une douzaine de médiateurs·trices formés qui assurent une permanence à Chêne-Bougeries.

Qu’est-ce que la médiation ?

La médiation est un processus par lequel des médiateurs ou médiatrices aident des personnes ou des groupes de personnes prises dans un conflit à :

  • raconter ce qui se passe pour elles
  • établir ou rétablir la communication entre elles
  • explorer et choisir leurs propres solutions
  • conclure, si possible, un accord réaliste et satisfaisant pour tous.

“La médiation est volontaire. Elle ne commence et ne se poursuit qu’avec l’accord de toutes les personnes concernées.”

Quels conflits ?

Tous les conflits que vous n’arrivez pas à résoudre et pour lesquels vous ne souhaitez pourtant pas saisir la justice, par exemple :

  • les conflits entre voisins au sujet de la propreté, des ordures, du bruit, des enfants, des animaux, du vandalisme, de l’intolérance,
  • les conflits entre des personnes qui vivent ensemble: conjoints, colocataires, membres d’une famille
  • les conflits entre collègues de travail
  • entre parents et enseignants
  • entre membres d’une équipe, d’une association, d’un comité
  • entre plusieurs groupes.

Comment demander une médiation ?

Toute personne peut prendre contact avec la permanence de l’association genevoise pour la médiation de voisinage en appelant le :
022 321 11 55.

Quel est le rôle de l’AsMéd-GE ?

  • accueillir la demande et vérifier si une médiation constitue une réponse appropriée
  • prendre contact avec les autres personnes concernées
  • proposer une rencontre de médiation dès que possible et vérifier le consentement des parties a la médiation
  • trouver deux médiateurs ou médiatrices, ou plus de deux si nécessaire
  • offrir un cadre neutre, impartial et bienveillant pour le bon déroulement de la médiation
  • si les parties le souhaitent, assurer un suivi
  • orienter les parties, a leur demande, si la médiation n’aboutit pas.

Qui sont les médiateurs et les médiatrices ?

Ces personnes sont formées a la médiation : écouter, apaiser, clarifier pour faciliter le dialogue entre les parties et les amener à trouver des solutions par elles-mêmes. Elles ne sont ni juges, ni arbitres, ni experts, ni conseillers dans le conflit.

Les médiateurs et les médiatrices sont tenus au respect de la confidentialité, à l’impartialité et à la neutralité.

Les médiateurs de l’AsMéd-GE sont bénévoles et leurs services sont offerts.

Comment se déroule une séance de médiation ?

La médiation se déroule dans un lieu convenu avec les parties, si possible proche de leur domicile.

Elle dure environ deux heures. Si nécessaire, une ou plusieurs autres séances pourront avoir lieu si les parties en font la demande.

Dans certains cas, des séances séparées pourront aussi être organisées.

Quand la médiation est-elle appropriée ?

La médiation est particulièrement appropriée dans la phase initiale des difficultés. En favorisant le dialogue, elle permet, dans la plupart des cas, de prévenir l`escalade du conflit et d’éviter le recours a l’intervention de tiers, comme la régie ou la justice, pour mettre fin au conflit.

La médiation et le rôle du médiateur

Nos permanents médiateurs et médiatrices

Tous bénévoles, après une formation spécifique à la médiation de voisinage, ils se mettent à votre disposition à travers un engagement citoyen.

Carole AESCHBACH

Carole AESCHBACH

Médiatrice de voisinage

Corine DIAYA

Corine DIAYA

Stagiaire

Jérémie GIROD

Jérémie GIROD

Médiateur de voisinage

Catherine Pajot-Massard

Catherine Pajot-Massard

Médiatrice de voisinage

Valérie AYER

Valérie AYER

Médiatrice de voisinage

Marinette DÜRR

Marinette DÜRR

Médiatrice de voisinage

Ivan GONZALES

Ivan GONZALES

Médiateur de voisinage

Isabelle RABOUD

Isabelle RABOUD

Médiatrice de voisinage

Janie BUGNION

Janie BUGNION

Médiatrice de voisinage

Gabor FARKAS

Gabor FARKAS

Médiateur de voisinage

Luc HEIMENDINGER

Luc HEIMENDINGER

Médiateur de voisinage

Dominique RENAUD

Dominique RENAUD

Médiatrice de voisinage

Prisca CHAOUI

Prisca CHAOUI

Stagiaire

Georges GHERARDI

Georges GHERARDI

Médiateur de voisinage

Hélène MANCHERON

Hélène MANCHERON

Médiatrice de voisinage

Anne RYNIKER

Anne RYNIKER

Médiatrice de voisinage

Vous êtes sensible à notre engagement citoyen

vous pouvez faire un don ou devenir membre de soutien

Notre service de médiation est basé sur le bénévolat et la gratuité. Pour soutenir nos efforts pour la promotion de la médiation de voisinage, vous pouvez contribuer à nos frais de fonctionnement en nous envoyant un don. Que ce soit 10.- CHF, 100.- CHF ou 1’000.- CHF le montant de votre choix servira à soutenir nos frais administratifs ce dont nous vous sommes très reconnaissants.

Vous pouvez également devenir membre de soutien de l’AsMéd-GE et recevoir ainsi des informations concernant nos activités, en adhérant à l’association par le paiement de notre petite cotisation annuelle de 65.- CHF.

Je souhaite faire un DON à l’AsMéd-GE

Je souhaite devenir MEMBRE DE SOUTIEN